Un écohameau à 200m du Centre Amma – Ferme du Plessis.

DSC01828

Chers amis en Amma,

Comme vous en avez déjà entendu parler, un projet d’écohameau près du Centre Amma doit se lancer d’ici quelques mois. En octobre 2013, Amma a donné son feu vert pour l’achat du terrain et la réalisation de ce projet pilote.

Ce terrain de 43 000 m² constructibles à 200 m de l’ashram pourra bientôt abriter une maison séniors (pour plus de 20 personnes à la retraite) gérée par ETW-France, ainsi que 34 logements privés écologiques (19 maisons et 15 appartements en habitats groupés) et de nombreux jardins imaginés en permaculture.

La brochure complète du projet est disponible en cliquant ici.
Vous y trouverez toutes les infos sur le projet qui permettra de vivre écologiquement à la campagne et près du Centre Amma qui ne cesse de développer ses activités.

Il reste actuellement une dizaine de logements à attribuer (pour y habiter ou pour investir et louer ensuite). Nous prévoyons de lancer le projet en janvier.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez remplir le questionnaire en cliquant ici.

Pour toute question, contactez ecohameauduplessis@gmail.com.

Les guerriers de l’arc-en-ciel

 

Présentation détaillée du projet

Le collectif des Guerriers de l’Arc-en-Ciel est composé à la base de quatre jeunes adultes : Uto, Violette, Antoine et Elise, qui ont réuni leur diversité, leurs croyances et leurs envies pour rejoindre la marche du monde et apporter leur contribution à la résolution des problématiques écologiques, économiques et sociales actuelles.

Témoins d’une situation écologique désastreuse à l’issue de leur éducation, ils ont refusé d’accepter ce modèle, brûlé leurs diplômes et se sont lancés dans l’aventure de leur autonomie sobre et solidaire, suscitant l’inquiétude de leurs parents.

Ce défi quotidien, loin de les laminer, leur a apporté une grande satisfaction et de beaux moments de bonheur collectifs irremplaçables. Ils sont des électrons libres auxquels viennent se relier de nombreux autres électrons libres en quête d’énergie vitale, s’assemblant et se désassemblant tout en gardant vibrant ce lien subtil qui les a réunis.

Comme l’affirme Uto, l’un des membres du collectif des Guerriers de l’Arc-en-Ciel, ce nom, issu d’une philosophie très ancienne portée et transmise par les peuples premiers, n’est pas facile à porter.

Parti avec une amie à la rencontre d’un chef indien en Oklahoma Il y a plus de 15 ans, pour trouver une réponse à cette question : « Qu’est-ce-qu’on peut faire pour sauver la Mère Terre ? » au cours d’un voyage de 3 mois et demie en Amérique du nord, ils ont rencontré un représentant spirituel des anciens Mayas au Guatemala qui les a reconnus comme faisant partie des leurs.

A cette époque, ils jouaient partout où ils s’arrêtaient un spectacle ayant pour thème Le Blanc et le Noir, pour illustrer la complémentarité qui crée l’unité. Ils étaient habillés l’un intégralement en noir, l’autre intégralement en blanc et se promenaient avec des parapluies arc-en-ciel. Et c’est ainsi qu’ils se sont présentés devant le chef des Anciens Mayas.

A partir du du blanc et du noir, ils ont déployé ces couleurs fondamentales dans un arc-en-ciel représentatif de leur diversité dans l’unité, jouant constamment avec les couleurs de celui-ci, les projetant tout autour d’eux et les portant en fonction de leur humeur du jour.

NOTE : La prophétie de l’arc-en-ciel est une légende issue de la plupart des nations indiennes :

« Les indiens auront à subir l’invasion des hommes blancs, beaucoup d’hommes rouges y laisseront la vie. Les âmes de ces premiers hommes reviendront dans des corps de couleurs différentes : rouge, blanc, jaune, brun et noir. Ensemble et unis, comme les couleurs de l’arc-en-ciel, ces hommes enseigneront à tous les peuples du monde comment aimer et vénérer la Mère Terre, dont la matière même est celle qui nous compose aussi, nous autres humains.

Sous le symbole de l ‘arc-en-ciel , toutes les races et toutes les religions du monde s’uniront pour répandre la grande sagesse de la vie en harmonie les uns avec les autres et avec toutes les créatures.

Ceux qui porteront cet enseignement seront appelés les guerriers de l’arc-en-ciel. Ils auraient la lumière de la connaissance dans leurs têtes et l’Amour dans leurs cœurs, et ils ne feraient de mal à nul autre être vivant. »

Ce message, les Guerriers de l’Arc-en-Ciel n’ont cessé de le transmettre depuis cette rencontre.

Ils ont voulu incarner cette philosophie en organisant des marches pour la simplicité afin de proclamer à la population qu’il est temps de venir au secours de la Mère Terre.

Le message

http://www.lamarcheduvivant.org/

Croclavie.org

IMGP6524

 …avec la cuisine crue !

Ateliers de cuisine crue, voir INFO pour les prochaine dates !

La crusine, la nouvelle révolution dans la cuisine  !

Laissez vous surprendre par l’intensité des saveurs  et la diversité des couleurs.

C’est un vrai Régal ! 

Extrait du site :

http://croclavie.org/

et aussi leur voyage :

David, Christina et la petite Padmé (19 mois) s’envolent pour les tropiques où poussent les meilleurs fruits de la planète.

Adeptes d’alimentation vivante depuis 3 ans, nous avons toujours rêvé de pouvoir boire des litres de lait de noix de coco fraichement cueillies, de déguster des mangues, des papayes, du jack fruit, du durian… en abondance!

IMGP3630

Le vendredi 25 avril, l’aventure commence!

Destination : la jungle de Sumatra, en Indonésie.

Le projet : rejoindre un écovillage cru en création dans la jungle.

La vision : recréer le paradis sur Terre.

Les moyens pour y parvenir : alimentation vivante, yoga, méditation, permaculture et tout ce qui permet à l’être humain d’explorer et développer son potentiel intérieur et extérieur.

Le lieu:  une superbe forêt tropicale de 6 hectares avec des sources et une rivière, une multitude d’arbres fruitiers dont les fameux durians, des maisons en bambou en cours de construction, des oiseaux multicolores, des singes, et… des tigres!

 

Des amis sont déjà sur place et nous attendent. L’un mange cru depuis 30 ans et il a des enfants qui ont été crudivores toute leur vie. Ils ont maintenant dans les 20 ans.

Ce sanctuaire de nature préservée se situe à 45 minutes à pied du village de Bukit Lawang.

Donc ça sera vraiment une aventure. Au début, nous serons dans un hotel à Bukit Lawang …

La suite :

http://croclavie.org/2014/04/21/suivez-les-aventures-dune-famille-crue-en-indonsie/

.

Fraternités ouvrières à Mouscron, la forêt nourricière

.

« L’incroyable luxuriance et l’hallucinante diversité d’un petit paradis, des milliers de variétés comestibles, plus de 40 ans de preuves que le « bio » ne doit pas se contenter d’être un luxe pour les classes aisées… la nature est bien faite !

Présentation des lieux en vidéo par les propriétaires :

C’est dans les années soixante-dix que Gilbert et Josine sont victimes comme des milliers de foyers de la crise de l’emploi industriel qui sévit dans la région nord-ouest de la Belgique. Se retrouvant sans emploi, le couple ouvrier âgé de la quarantaine occupe alors ses journées au jardin qu’il cultive sur le terrain familial situé à Mouscron, ville frontalière avec Tourcoing-Roubaix.L’occupation devient très vite une véritable passion et ils créent quelques années plus tard le groupe de jardinage des Fraternités Ouvrières, dont les activités sont hébergées à leur domicile de Mouscron. 

La création de cette association est en sorte une prolongation de l’action syndicale et sociale pour laquelle ils n’ont eu cesse d’investir leur énergie et leur temps durant leurs années de travail, en Belgique mais aussi en Amérique Latine. Le but poursuivi par le groupe est de favoriser l’accession de tout un chacun à une nourriture saine et diversifiée. 

 

L’idée est que le « bio » ne doit pas être un luxe que seules pourraient disposer les classes aisées.

Toutes ont le droit à une alimentation garante de la santé et de l’environnement, à des produits de couleurs, de goûts et d’odeurs. Dans cet esprit de solidarité, d’équité et d’écologie, les activités du groupe des Fraternités Ouvrières sont nombreuses. Il s’agit d’abord de susciter l’envie, d’apprendre et de permettre à tous de cultiver des fruits et légumes sains et diversifiés selon les méthodes d’un jardinage écologique. C’est ainsi que les premier et second dimanches de chaque mois, Gilbert, Josine et les bénévoles de l’association organisent à Mouscron des cours de jardinage biologique, gratuits et ouverts à qui le veut.

L’association est aussi un groupe d’achat pour permettre aux membres de se fournir à moindre coûts les produits issus de l’agriculture biologique : alimentation, mais aussi amendements, plants d’arbres fruitiers, arbustes, fleurs, semences pour la culture d’un jardin bio.

Les Fraternités Ouvrières proposent également des ateliers (jardinage, cuisine, fabrication du pain), l’organisation de cycles de conférences et la tenue de groupes de réflexion sur les questions diverses de notre société. 

 

Aujourd’hui, le jardin des Fraternités Ouvrières, cultivé par Gilbert et Josine est un véritable trésor, fruit d’une riche expérience et d’un travail de 35 ans.

Dans cette région industrielle sinistrée, il est l’un des plus beaux exemples urbains de systèmes agroécologiques. Dans un clos de 2000 m², une diversité immense de variétés de légumes et de plantes aromatiques et condimentaires se développe sous les arbres et les arbustes fruitiers, dans une luxuriance et une abondance qui dépassent l’imagination…

 

La visite commence…

 En vidéo une visite de Franck Nathié (site ici

la suite sur le site :

http://www.bio-logiques.org/index.php?option=com_content&view=article&id=175:fraternites-ouvrieres-a-mouscron&catid=100&Itemid=518

Merci Magda, pour l’info !

http://enfantsdelanouvelleterre.over-blog.com/article-permaculture-le-jardin-des-fraternites-ouvrieres-en-belgique-123492128.html

L’Association LA FORET NOURRICIERE

IMGP0664

L’Association LA FORÊT NOURRICIÈRE, créée en 2011, a pour but de promouvoir la permaculture, l’agroforesterie, la synergie humaine et la création d’abondance pour les générations futures en s’inspirant des savoirs ancestraux autant que des découvertes les plus modernes.

 

L’association tente de développer la synergie entre les êtres vivants de façon à créer des communautés végétales, animales et humaines stables et résilientes. Elle a pour but d’aider la réalisation de projets d’éco-hameaux, éco-villages, et projets individuels en permaculture.

 

L’association est en lien avec les réseaux francophones de permaculture ainsi qu’avec de nombreuses autres associations qui œuvrent pour l’écologie globale et la ré-autonomisation humaine.

 

L’association permet de financer la recherche indépendante et la mise au point de supports techniques de formation (livres, vidéos, supports de stage de formation) ainsi que de réaliser des projets à la demande.

 

Si vous appréciez ce site et son contenu et que vous voulez le voir s’améliorer et s’étoffer avec de nouveaux articles, n’hésitez pas à nous soutenir en devenant adhérent, en achetant nos publications ou simplement en faisant un don. Merci d’avance.

 

Association LA FORET NOURRICIERE

Franck NATHIÉ, Chercheur et Animateur Référent

 

con address LES BASSES LANDES CAMPEL 35330

Cette adresse est le siège social de l’Association chez un couple de retraités, mais n’est pas un lieu permaculturel à visiter.

http://foretscomestibles.com/

Et un lien pour une formation en permaculture :

http://www.eco-logisduberry.com/telechargements/permac_franck.pdf

Les fermes miracles

IMGP0443

https://www.youtube.com/watch?v=_WxhbDDItJc

 

Il y a 20 ans, Stefan Sobkowiak se porte acquéreur d’un verger de pommiers conventionnel dans le but d’en faire un verger bio. Il se rend vite compte des limites du modèle « bio », toujours basé sur la monoculture. Stefan décide donc d’arracher la plupart des arbres et de replanter en s’inspirant des principes de la permaculture. Il crée ainsi un oasis d’abondance et de biodiversité qui compte plus de 100 variétés de pommes, plusieurs types de poires, prunes, cerises ainsi qu’une myriade de petits fruits, légumes et autres.

La biodynamie

« A la Grole Bagnade en Charente, une famille de néo-ruraux pratique depuis 3 ans la biodynamie, une forme d’agriculture biologique où les paysans évoluent en harmonie avec la flore, la faune… et « les énergies terrestres »

grole-bagnade-herbe12

« Viens là Yaourt ». A l’énoncé de son nom, le veau se redresse et se fraie maladroitement un chemin parmi ses compères. Il passe la barrière de l’enclos qui vient de s’ouvrir pour se précipiter sur les mamelles de sa mère. Une fois rassasié, un jeune paysan à la tignasse blonde prend le relai et finit de traire la vache à la main.

grole-bagnade

Une scène somme toute classique dans une ferme… avant que le développement de l’agriculture intensive ne la rende obsolète. Mais les paysans de la Grole Bagnade, dans l’est de la Charente, ont décidé d’ignorer les sirènes du progrès et la course au productivisme. Ils n’utilisent pas de trayeuse et entretiennent un rapport privilégié avec leurs animaux. « On connait chaque animal par son prénom. Je connais peu de fermes où les vaches viennent quand on les appelle », s’enorgueillit Théophane, un des fermiers de cette exploitation familiale.

Une proximité rendue possible par la taille limitée et la diversification de leur cheptel. Une trentaine de vaches, autant de chèvres, un taureau, une vingtaine de porcs, un essaim d’abeilles, des oies, des lapins, des canards ainsi qu’une activité maraîchère et fromagère. « Les visiteurs sont étonnés de voir tous les animaux présents sur l’exploitation. Ça leur rappelle les fermes d’antan », raconte Nicolas, le père de Théophane qui a acheté le terrain il y a 3 ans pour s’y installer avec ses 4 enfants et leurs conjoint(e)s. Ici pas de poulets en batterie ni d’usine à vaches. Chacun des 8 paysans de l’exploitation s’occupe d’une partie des animaux.

 La ferme, un organisme vivant

Cette diversité n’est pas due au hasard. C’est une des bases de la biodynamie, une technique d’agriculture théorisée par l’allemand Rudolf Steiner (principalement connu pour sa méthode pédagogique alternative) au début du siècle dernier qui a grandement inspiré cette famille de néo-ruraux. Selon Steiner, dont on retrouve les livres un peu partout sur l’exploitation, chaque ferme est considérée comme un organisme vivant et doit être capable de nourrir ses bêtes et d’alimenter ses sols sans dépendre d’apports extérieurs. Exit donc les engrais chimiques et produits phytosanitaires.

« Une ferme qui importe est considérée comme un organisme malade », note Nicolas. C’est encore le cas de la Grole Bagnade. « Nous avons pour l’instant 28 hectares et trop de cochons par rapport à ce que fournit la ferme en céréales et en paille. Il faudrait 20 ou 30 hectares de plus pour arriver à l’autosuffisance », note Quentin, l’aîné de la fratrie.

La biodynamie promeut également le travail du sol en surface plutôt qu’en profondeur et la rotation des cultures. Le bien être des animaux est également un pilier de cette forme d’agriculture. A la Grole Bagnade, les vaches ne sont pas écornées contrairement à ce qui se fait dans la plupart des exploitations. Les paysans font de la polyculture-élevage et privilégient les races locales, parfois au détriment du rendement. Ainsi, plutôt que d’acheter des vaches productives « spécialisées » dans la production de viande ou de lait, ils ont opté pour des maraichines, une race mixte et locale en voie de disparition.

Agriculture et spiritualité

grole-bagnade-basse-cour

Souvent considéré comme le pendant spirituel de l’agriculture biologique classique, la biodynamie invite le paysan a évoluer en harmonie avec ce qui l’entoure, la flore, la faune mais aussi le cosmos. Ainsi, les paysans tiennent compte des cycles lunaires. En outre, les sols de la ferme sont fertilisés avec des préparations visant à entretenir l’ « énergie vitale de la terre », explique Théophane, le cadet. Pendant l’hiver, ils insèrent de la bouse dans des cornes de vaches qu’ils enterrent pendant quelques mois afin que le mélange fermente. Au printemps, la corne est déterrée et son contenu ajouté au fumier afin de donner des « forces structurantes pour le sol », ajoute le jeune fermier.

Les paysans charentais utilisent également des techniques similaires à base de silice broyée et des préparations végétales fourrées dans des organes d’animaux récupérés à l’abattoir. A cela s’ajoutent les méditations auxquelles certains membres de la famille s’adonnent afin d’encourager la bonne santé des bêtes. Autant dire que dans une zone rurale, « où même l’agriculture bio est regardée de manière suspecte, les voisins nous prennent pour des extra-terrestres », sourit Nicolas. « Dès que tu parles de l’influence du cosmos, on te prend pour un fou, un illuminé », regrette Clarisse, chevrière sur la ferme.

Une énigme scientifique

grole-bagnade-carotte

En effet, bien que la biodynamie compte des défenseurs de poids comme Philippe Desbrosses, le « pape du bio » ou Pierre Rabhi, le désormais célèbre paysan philosophe, son caractère ésotérique reste décrié. On lui reproche notamment son approche « mystique » et « non scientifique ». Claude Bourguignon, ingénieur agronome spécialiste de la mircrobiologie des sols reconnaît que « scientifiquement on ne sait pas comment », pourtant « la biodynamie augmente fortement l’activité biologique des profondeurs ». Un atout qui intéresse de plus en plus de viticulteurs car les racines des vignes vont justement s’alimenter en profondeur. Même si, comme il l’ajoute, ces viticulteurs ne le précisent pas sur leurs bouteilles car la biodynamie souffre d’une image « baba cool, soixante-huitard attardé » qui serait préjudiciable à leurs ventes.

Et même si certaines pratiques liées à la biodynamie surprennent. Nicolas assure qu’en 3 ans, le regard de ses voisins a évolué, notamment grâce à l’aspect terre-à-terre de leur quotidien. « L’agriculture biodynamique a deux aspects : le spirituel et le concret. On peut discuter antroposophie le dimanche soir [la philosophie de vie fondée par Rudolf Steiner], mais le lundi matin, on est à la ferme en train de s’occuper des animaux », indique-t-il. Car spiritualité ou pas, les vaches ne se traient pas encore par elles-mêmes !

L’agriculture en famille
couples-LGB-615x409

Les 4 enfants de Nicolas et leurs conjoint(e)s

Le caractère ésotérique de la biodynamie n’est pas la seule chose qui étonne dans cette exploitation. Les membres de la Grole Bagnade appartiennent tous à la même famille. Après s’être sensibilisés à la nourriture bio, ces anciens urbains ont décidé de tout plaquer pour s’installer à la campagne et devenir eux-mêmes producteurs. « On ne voulait plus seulement bouffer, on voulait se nourrir », se rappelle Quentin.

La Grole Bagnade est à la fois une ferme et une communauté de vie familiale. « C’est un projet humain et pas seulement agricole. Chacun fait des sacrifices pour que le groupe ne cède pas à la première dispute. C’est un pari à l’heure où la famille n’a plus trop de sens », ajoute-t-il. « En ville, tu ne connais pas ton voisin, tu mets tes parents en maison de retraite, tu ne penses qu’à toi, toi et toi. Ici nous pensons ‘nous’. Tout le monde prend soin des autres », abonde Clarisse. Ainsi, Nicolas, jeune retraité, prévoit de vieillir sur la ferme auprès de ses enfants. Un point qui n’a pas l’air de déranger Quentin qui loue l’aspect intergénérationnel du projet : « c’est hyper important d’être élevé et de vivre avec les vieux parce qu’ils ont des choses à nous apprendre mais aussi parce que ça les maintient jeunes ».

Les décisions se prennent autour de la table lors de réunions informelles, souvent à l’issue des repas, quand les membres de cette grande famille se réunissent au salon pour fumer une cigarette. La cohabitation n’est pas toujours évidente et les différends ne sont pas rares. Mais pas de quoi rebuter Nicolas : « Toutes ces interrogations et ces confrontations sont passionnantes. C’est une expérience qui nous fait évoluer ».


Emmanuel Daniel
06/11/2013
Cet article est libre de droits. Merci cependant de préciser le nom de l’auteur et un lien vers l’article d’origine en cas de republication

licence Creative Commons Paternité – Partage à l’Identique 3.0 non transposé. Licence Creative Commons

Aller plus loin
Les méthodes et techniques utilisées en biodynamie

Aux sources de la biodynamie en France

L’ouvrage phare de Steiner dédié aux agriculteurs

Un article très critique sur la biodynamie

Extrait tiré :

http://www.tourdefrancedesalternatives.fr/alternatives/agriculture-bio-spiritualite/