Les semeurs d’école

Les principes de l’école

 

Apprentissages Autonomes

Nous avons confiance dans l’élan naturel des enfants vers les apprentissages et nous leur offrons des outils adaptés à la découverte autonome des connaissances. Ils apprennent à lire, écrire, compter comme ils ont appris à parler et à marcher. Nous permettons à chaque enfant d’acquérir, à son rythme, le socle commun de connaissances et de compétences. L’enfant est l’initiateur et l’acteur de ses apprentissages, c’est donc LUI qui décide d’aller vers ce qui l’anime dans l’instant et l’élan d’apprentissage est respecté. Nous excluons les notes et la compétition.

 

Une école démocratique et auto-gérée

Cette école préparera les enfants à demain. Les écoles démocratiques ont la particularité de développer l’esprit critique, l’autonomie, l’empathie, la confiance en soi, le respect de soi, de l’autre et la prise de responsabilités. Prise de parole, argumentation, confrontation d’hypothèses, écoute de l’autre, résolution de conflits… Les enfants sont les acteurs de l’organisation et de la vie de l’école. Chaque décision est soumise au vote des enfants et des adultes. Ces écoles sont des viviers d’adultes autonomes et responsables.

Posture de l’adulte

Un enfant une voix, un adulte une voix. Une école démocratique ne positionne pas l’adulte au-dessus de l’enfant, c’est une relation horizontale. L’enfant est une personne à part entière. Il a le même pouvoir décisionnaire que les adultes vivant dans l’école et, par conséquent, chacun est responsable du bon équilibre de l’école. Les adultes présents dans l’école ont intégré ces valeurs et sont des accompagnateurs. Ils peuvent mettre leurs savoirs et connaissances au service d’enfants demandeurs. Ils sont surtout des veilleurs de liberté et de respect de chacun.

La liberté pas l’anarchie

Le cadre de ces écoles est exigent car cela implique le respect des règles et la prise de responsabilités pour pouvoir vivre en harmonie avec une communauté multi-âges, et ainsi préserver l’équilibre de l’école. Le non-respect de ces règles peut engendrer des conflits qu’il faudra apprendre à gérer et à résoudre. Une instance est mise en place pour gérer ces conflits par la médiation et rappeler les règles de vie de l’école. Grandir dans un environnement permettant le développement d’un esprit critique et autonome permet aux enfants d’être préparés au monde. L’école démocratique est donc un lieu où l’on prend à la fois en compte ses envies et ses choix tout en apprenant à respecter et à composer avec les choix de la communauté. Le non-respect des règles n’est pas accepté, comme il ne le serait pas dans notre société.

 

Une classe unique, multi-âges

Nous partons du principe que l’on apprend de tous et à tout âge. L’école est composée d’un groupe d’enfants âgés de 3 ans à 19 ans ainsi que d’un groupe d’adultes.

 

L’ouverture sur le monde

L’école favorise le partage avec le tissu social local, et plus largement avec des intervenants professionnels, retraités, parents, artistes, autant de profils qui pourront venir partager des connaissances et savoirs (savoir-faire). L’ouverture sur le monde se fera également par le biais de stages, rencontres avec des professionnels, échanges entre écoles

 

 

 

Les bâtisseurs de possibles

.

 IMGP3807

Sujet : Bâtisseurs de Possibles : c’est parti pour une nouvelle année !

 

Bonjour à tous,
Après une première année d’expérimentation, nous sommes ravis de vous annoncer que le projet Bâtisseurs de possibles reprend à la rentrée ! Vous avez suivi le projet l’année dernière, c’est peut-être l’occasion cette année de vous lancer.
Grâce aux retours et à l’enthousiasme des premiers enseignants qui ont testé le dispositif,  le projet s’enrichit et évolue. Il ne prendra plus la forme d’un concours mais d’un défi que tout le monde peut relever. Une version améliorée de l’espace enseignant et des outils devrait être mise en ligne fin septembre pour simplifier l’utilisation et renforcer les échanges et l’appropriation des contenus pédagogiques. Ne soyez pas surpris par quelques changements visuels.
Toute l’équipe Bâtisseurs de Possibles et SynLab vous souhaite une bonne rentrée !
Bâtisseurs de possibles invite les enfants à exprimer et réaliser leurs idées pour améliorer leur école, leur quartier, la société.
2000 enfants et 100 enseignants ont déjà bâti des possibles
Pour redécouvrir et partager le projet : www.batisseursdepossibles.org


N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez des précisions et/ou mettre le dispositif en place cette année.
Bonne rentrée 2014 !
Marianne
++
Animatrice du réseau des enseignants Bâtisseurs de possibles

Marianne Figarol /
fix :

 

Pédagogie Reggio Emilia, ou «Les cent langages de l’enfant»

IMGP3968

« Née en Italie mais très développée et reconnue dans les pays scandinaves et anglo-saxons, cette pédagogie bénéficie de résultats de recherche récents et pertinents. C’est une pédagogie libre qui ne revendique ni label ni formation spécifique, et vivante c’est à dire non figée dans des préceptes mais qui est ouverte et s’adapte aux contextes dans lesquelles elle est mise en œuvre.
        
Alternative à la routine de l’école, la pédagogie Reggio Emilia, que l’on appelle aussi « les cent langages de l’enfant« , œuvre pour le développement des potentialités de chaque enfant.

  
   
  

Elle se base sur 4 piliers :

  • Une vision de l’enfant considéré comme fort, capable et compétent et porteur de « cent langages » comme autant de façons d’exprimer sa personnalité, son potentiel et ses talents. L’école cherche à offrir à chaque enfant les matériaux et les opportunités de trouver et d’exprimer ses propres langages. Pour nourrir tous ces univers, l’équipe pédagogique s’entoure aussi d’artistes, de personnes de cultures différentes, d’artisans et autres professionnels qui viennent transmettre aux enfants et partager avec eux leur art, leurs compétences et leurs passions dans le cadre de projets à plus ou moins long terme.
      
  • Une relation forte de confiance et de partage entre l’équipe pédagogique, les familles et les enfants, nécessaire pour accompagner au mieux les enfants dans leur épanouissement et leur apprentissage, qui ne s’arrête ni aux portes de la maison ni à celles de l’école mais qui est un voyage continu.
    Parmi les valeurs mises en avant par l’approche Reggio Emilia, figurent en premier lieu la bienveillance, l’écoute et l’interaction.
      
  • Une place essentielle accordée à l’environnement dans lequel vivent les enfants. L’environnement immédiat, conçu et adapté à la taille, aux besoins et aux envies des enfants. Des espaces qui éveillent et stimulent les 5 sens, offrent une palette d’activités multiples et font la part belle à la créativité et à l’expérimentation. Mais aussi l’environnement extérieur, du temps passé dans la nature, et la rencontre et la découverte de lieux et de personnes passionnantes dans la région.
      
  • La documentation comme outil d’apprentissage privilégié. L’équipe pédagogique et les enfants eux-mêmes observent leur travail et le documentent (accrochages, explications, photos, vidéos, etc..). Cet outil pédagogique permet à tous d’aborder les travaux et oeuvres réalisés sous une autre perspective et de favoriser l’observation sur l’évaluation. Tous ces « souvenirs du présent » forment un lien très riche entre les enfants, les familles et l’équipe pédagogique. … »

Extrait du site :

http://www.vaudfamille.ch/N311460/pedagogie-reggio-emilia.html

Et aussi :

http://the-world-of-the-children.blogspot.fr/2010/11/emilia-reggio.html

 

.

Les espoirs et les bienfaits de l’éducation biocentrique ou de l’éducation au vivant

IMGP1076

 

« L’éducation biocentrique, signifie mettre au centre le Vivant (bios) et l’Humain pour mieux les respecter. Mettre le Vivant au centre, invite chacun à se questionner, au sens premier du biologique «en quoi et comment je peux générer plus de Vie dans ma vie?» ou combien suis je vivant et humain dans ce que je suis (identité, comportements, relations, vocation…) et dans ce que je choisis et acte ?

Cette éducation ou rééducation au vivant invite à mieux percevoir sentir et respecter le vivant en chacun d’entre nous et les relations avec l’autre et l’environnement

« Le principe biocentrique s’inspire d’un univers organisé en fonction de la vie et consiste en une proposition de reformulation de nos valeurs culturelles, qui prend comme référence le respect de la vie » Rolando Toro. Ceci fédère tous ceux et celles qui savent qu’une transformation sociale passe d’abord par une transformation personnelle, participant à construire ce projet de société replaçant l’Humanisme et la préservation de la Terre comme le cœur de leurs actions.

Cette démarche éducative est dispensée au Brésil en Université, elle est implantée dans les écoles, les centres de réinsertion sociale en Amérique Latine. Elle est soutenue et financée par les collectivités, les institutions et le gouvernement pour lutter contre l’accroissement et la banalisation des violences, des maltraitances, des discriminations… Le Brésil est reconnu internationalement pour la mise en œuvre et les résultats de ses dispositifs éducatifs et sociaux. Des centaines d’éducateurs biocentrique y participent à des actions de remédiation, à la construction d’une démarche éducative plus saine au sein de l’école, de la famille, du couple…

Celle–ci facilite l’acte et le désir d’apprendre et une posture plus aimante d’enseigner ou aider à apprendre. Cette approche favorise une éducation à la vie pour la Vie au sein de la famille et de l’école… Face aux dérives éducatives et sociales centrées essentiellement sur le savoir, la dépendance, la logique et l’adaptation aux besoins de l’économie, la pédagogie  biocentrique se recentre non pas sur des programmes mais les processus vivants renforçant des apprentissages durables ayant comme intention «d’Apprendre à Vivre, à être vivant».

Elle développe la partie oubliée de l’éducation, cette bienveillance générant la bientraitance, cette aptitude innée « à prendre soin », c’est à dire l’affectivité. Elle renoue avec la pédagogie au sens ontologique, en apportant les conditions idéales à l’apprentissage du vivant pour la vie, sans faire à la place de l’autre. En facilitant la création de liens et la reliance exposée par Edgar Morin ou les couplages d’apprentissage évoqués par Francisco Varela, s’actualise et se potentialise les apprentissages vivants (savoir être, savoir vivre, savoir être en lien…) s’exportant ainsi à des situations de la vie. Prendre soin de la maturation de l’affectivité accroît l’intelligence affective et son impact identitaire, ré initiant l’évolution d’un monde ou l’intelligence protège et préserve la vie et l’être vivant, sa manifestation.

« L’éducation doit être représentée dans ses objectifs les plus profonds. L’Education Biocentrique n’a pas comme priorité la formation intellectuelle ou technologique, mais le développement de règles internes pour vivre et non plus survivre.Aussi il est indispensable de stimuler à la base les potentiels génétiques qui constituent la structure de base de l’identité, participant à actualiser les ressources vitales nécessaires à l’existence »Rolando Toro

« Le but de l’école est d’aider à apprendre à vivre. Certains enseignements ne font pas partie des disciplines, mais permettent de les intégrer. Qu’est-ce qu’être humain ? […] À mon sens, connaître notre nature humaine est donc essentiel »EdgarMORIN – Dialogue sur la connaissance Édition de l’aube, 2002 – parrain du 1er Congrès d’éducation Biocentrique en 2011- Nantes.

L’intégration de l’affectivitédans une culture et une éducation participera à surmonter les échecs, les violences subtiles ou disqualifications quotidiennes familiales, sociales et scolaires. L’affectivité est la source de multiples intelligences (mémoire, langage, motricité, expression, perception…) qu’elle renforce, favorisant les conditions d’une expression concrète de notre humanité au quotidien et pour demain.

« L’affectivité est l’expression de l’identité. Cette affirmation est la base théorique de notre conception de l’affectivité. Les personnes qui ont une identité faible sont incapables d’aimer; ils ont peur de la différence, leurs liens avec les autres sont défensifs.»Rolando Toro

« Attaquons-nous à accompagner les peurs énormes autour de l’avènement et la construction de l’affectivité partout et des bienfaits et évolutions qu’elle génère» » Edgar Morinles 7 savoirs nécessaires à l’éducation du futur » Seuil 2000.

L’éducation Biocentrique part d’une vision écologique de la famille ou de tout collectif dans laquelle chaque membre permet à l’autre de déployer ses richesses. C’est un foyer qui offre des conditions de chaleur affective, de liberté, de nutrition et de sécurité ; un milieu où chacun est respecté, protégé soigné et par dessus tout aimé. La famille ne doit pas seulement être un milieu adéquat pour l’enfant mais également agréable pour l’adulte. En son sein, chaque membre a sa place et partage les différents événements du foyer qui sont de véritables rites, comme le partage de la parole autour de la table, la préparation des repas, la célébration des anniversaires, la reconnaissance des émotions…

Cette démarche biocentrique ou du vivant participe à renforcer l’expression de vie, consolider le lien d’AMOUR entre ses différents membres et potentialiser ce noyau affectif essentiel et créateur.

Ces formations participent à l’ambition et aux moyens d’accompagner enseignants, éducateurs, animateurs, parents… à renouer avec leur vocation bienveillante et restaurer plus de plaisir, de lien et de joie de vivre dans leur pratique pédagogique. Impliquons nous à inaugurer ce printemps de l’éducation pour vivre et cohabiter, c’est-à-dire vivre et évoluer ensemble, héritage vital et déterminant pour les générations futures.

Les applications de cette rééducation affective sont nombreuses, pour tous âges et tous publics, répondant à un besoin croissant dans les établissements d’éducation, d’insertion, de santé, de réhabilitation sociale, les entreprises, les associations…

« Cette école est au service de la santé, de la solidarité, d’une contribution à l’amélioration de la vie » Gilberto GIL ex Ministre de la Culture du Brésil – parrain de l’école de Nantes »

Extrait du site :

http://www.education-biocentrique.com/CEB/presentation-de-leducation-biocentrique.html

Demain l’école des pédagogies différentes

 

IMGP2680

 

 

Une association pour s’informer, se former, promouvoir les pratiques pédagogiques innovantes. Parce que le mal être scolaire des enfants et des adolescents n’est pas une fatalité…

Ce site répertorie les établissements scolaires et les équipes pédagogiques qui ont fait le choix de méthodes pédagogiques innovantes.

http://www.demainlecole.org/association/

Vous dites Khan Academy ?

LA KHAN ACADEMY, UN PHÉNOMÈNE MONDIAL

La Khan Academy est une organisation à but non lucratif qui a pour mission de donner accès à l’enseignement gratuit pour tous, à travers le monde. La Khan Academy met à disposition des contenus pédagogiques en ligne (leçons vidéo, exercices d’évaluation des compétences, outils de suivi pour les enseignants, etc.) qui permettent un apprentissage personnalisé et interactif pour les apprenants de tout âge.

 

Depuis sa création en 2006, elle propose chaque mois à 6 millions d’utilisateurs plus de 4500 leçons vidéo et transforme l’enseignement aux Etats-Unis, au Brésil ou au Mexique. Ces deux dernières années, les vidéos disponibles gratuitement sur YouTube ont été visionnées plus de 280 millions de fois et les utilisateurs ont effectué plus d’1,2 milliard d’exercices. La Khan Academy propose des leçons sur des sujets aussi variés que les mathématiques, la biologie ou l’histoire de l’art.
Plus d’informations sur : www.khanacademy.org/about

LA CLASSE INVERSÉE : UNE MÉTHODE PÉDAGOGIQUE RÉVOLUTIONNAIRE

La classe inversée est la méthode proposée par la Khan Academy qui conduit au renversement du modèle traditionnel d’enseignement. Le principe : l’élève se passe les films chez lui autant de fois qu’il en a envie et besoin ; à l’école, l’enseignant contrôle les connaissances et supervise les exercices. Libéré des cours magistraux, le professeur peut aider chaque élève à comprendre, suivre ses progrès, en faire la synthèse et s’occuper de ses blocages éventuels.
Les élèves peuvent visionner les vidéos plusieurs fois, revenir sur des passages, réduire eux-mêmes leurs lacunes, et ce de manière autonome. Ils sont encouragés à s’entraider et à collaborer, les plus rapides se mettant à la disposition de leurs camarades encore en cours d’apprentissage pour mieux maîtriser la leçon du jour.
La Khan Academy, c’est donc un apprentissage personnalisé, au rythme de chacun qui vient renforcer les cours adressés à toute la classe. Elle met en avant l’autonomie et la responsabilisation des élèves qui peuvent choisir d’évoluer et d’apprendre en fonction de leur propre maîtrise des concepts. En cela, elle s’inscrit dans les pédagogies innovantes dites « de la maîtrise » que l’essor des NTIC rend aujourd’hui beaucoup plus accessibles et diffusables à l’échelle d’un système éducatif.

La Khan Academy débarque en langue française !

 
Pourquoi la Khan Academy en français ?

Bibliothèques Sans Frontières est aujourd’hui l’une des principales ONG culturelle dans le monde francophone. Elle oeuvre pour favoriser l’accès à l’information et à la culture, pour tous. La Khan Academy est un formidable outil pour renforcer la qualité de l’éducation et réinventer les bibliothèques du futur: gratuites, connectées et ouvertes à tous. C’est donc avec beaucoup de fierté que BSF s’associe à Khan pour concevoir cette version francophone, gratuite et ouverte à tous ! 
 

Le réseau Ba-Ka en Birmanie

Projet de formation d’enseignants

  IMGP4922

Le contexte birman et la stratégie du projet

« Le déclin de l’accès à une éducation scolaire appropriée en Birmanie est aujourd’hui mentionné par de nombreuses ONG. Il faudrait des changements majeurs pour redresser la situation en matière d’éducation. Comme les conditions actuelles ne semblent pas le permettre, des approches pragmatiques, créatives se sont développées.

Ainsi, à côté des écoles publiques dirigées par l’état – officiellement gratuites -, existent des écoles ouvertes par des monastères bouddhiques financés par des dons, certains séparant enseignement scolaire et enseignement religieux, des écoles ouvertes par des communautés et financées par elles, des écoles privées payantes. Il existe également des écoles très onéreuses, réservées aux élites, ouvertes par des personnes ou des organisations liées aux autorités gouvernementales.

Pour assurer une meilleure qualité de vie aux enfants vulnérables, Hantha Educators (HE) a choisi une voie originale : renforcer les capacités locales de soutien aux écoles primaires alternatives reconnues par le Ministère de l’Éducation. Ces écoles constituent le réseau Ba-Ka et sont plus de 1000.

L’objectif de HE est de :

  • Créer les supports de formation : un « Manuel de l’Enseignant », un « Manuel de l’élève ». Ces manuels sont créés après s’être procuré les programmes scolaires publiés par le ministère de l’éducation et les avoir développés à la lumière de leur méthode pédagogique. Le résultat est documenté dans les guides pédagogiques qui sont remis aux enseignants. Ces guides sont mis à jour à chaque modification du programme scolaire,
  • Diffuser aux enseignants un ensemble de publications qui illustrent l’importance du  développement des capacités d’analyse, de synthèse et d’esprit critique
  • Former progressivement les enseignants des écoles du réseau Ba-Ka aux méthodes de pédagogie active

Les résultats à ce jour

  • Plus de 250 livres, guides, supports pour toutes les matières et les cinq années de l’école primaire
  • Des matériaux – ex.. ABCEDAIRES, cartes, etc.
  • Premier niveau de formation dispensé dans plusieurs régions – ex.. Sagaing, Bago West, Rakhine, Yangon, Irrawaddy, Naypyidaw
  • La formation de formateurs en cascade – plus de 800 personnes formées à fin 2012
  • Augmentation de la variété des techniques utilisées pour enseigner
  • Fierté et confiance en soi en hausse chez les enseignants et les étudiants
  • Coopération des écoles – échange d’idées, partage de ressors, organisation d’évènements en commun »

 

http://www.initiativesbirmanie.org/teachers_training-fr.html

 

Bâtisseurs de possibles

pos

« Bâtisseurs de possibles est une plateforme dédiée à tous les enseignants et les éducateurs qui veulent permettre aux enfants :

  • de développer leurs compétences transversales (confiance en soi, motivation, initiative, etc.)
  • d’apprendre grâce à des projets interdisciplinaires, coopératifs et créatifs. 

Cette année, nous commençons par un concours dédié aux 6-13 ans et par des formations destinées aux adultes.

« Bâtir des possibles » : un état d’esprit que nous souhaitons partager avec vous et avec tout ceux qui font bouger l’éducation dans et hors l’école !

3 mots clés pour cette plateforme : confiance, coopération et prise d’initiative. »

http://www.batisseursdepossibles.org/

 

Présentation

« Chers enseignants, ce dispositif est l’occasion pour vous de mettre en place un projet de classe :

  • interdisciplinaire, coopératif et en lien avec le quotidien des élèves
  • qui articule les savoirs fondamentaux et mobilise les élèves sur des tâches complexes
  • qui contribue à assurer la continuité pédagogique et éducative entre l’école et le collège, notamment en permettant aux élèves de développer l’autonomie et l’expression orale.

La démarche proposée rend les élèves acteurs de leur apprentissage, elle leur permet d’acquérir et de mobiliser des connaissances du programme scolaire en français, éducation civique, sciences naturelles, informatique et internet, arts plastiques, etc.

Chers animateurs, médiateurs, éducateurs, Bâtisseurs de possibles s’inspire de la pédagogie développée par Design for Change, un mouvement qui touche aujourd’hui 25 millions d’enfants dans 35 pays du monde.

Design for change a été créé en 2007 par une designer indienne, Kiran Bir Sethi, dont l’objectif était de transmettre au plus grand nombre d’enfants le « I CAN virus » (le virus « je peux »). Nous bénéficions ainsi de l’expérience d’autres équipes à travers le monde qui ont déjà mis en place la démarche. Bâtisseurs de possibles permet aux enfants de prendre des initiatives. Ils prennent conscience qu’ils ne sont pas impuissants devant les problèmes qui les entourent. C’est en leur offrant un espace d’expression, d’expérimentation et en stimulant leur créativité que l’accompagnateur permet aux enfants d’être acteurs. »

http://www.batisseursdepossibles.org/projet-educatif/presentation