Trucs et astuces pour ouvrir une école différente

Journée avec Laetitia Sauvage, Association Salanganes, La Réunion
Comment créer une école une école « différente » des écoles du système conventionnel, plus libre, plus ouverte aux valeurs de solidarité, coopération entre les élèves, partage entre les enseignants, bien-être… ? Cela semble un rêve impossible à réaliser pour beaucoup de parents et professionnels de l’éducation qui sont découragés parfois par l’importance administrative des démarches, par le fait que ces écoles doivent se situer (au moins au début) dans le privé, donc inaccessibles par les frais de scolarité à la majorité des familles, par le manque de place, de bâtiments conformes eux règles, … Pourtant, des exemples existent et fleurissent tous les jours dans la planète ! Et même en France, de pareils rêves se concrétisent !
Voici l’exemple de Salanganes, association éducative qui a posé la première pierre d’une école maternelle et primaire à l’Ile de la Réunion. L’Oasis des enfants ouvrira ses portes à la rentrée 2014/2015 et accueillera des enfants de 4 à 11 ans. C’est une école plurilingue, artistique et écologique qui a pour vocation de devenir une école publique expérimentale. Comment ont-ils fait ? Quelle a été la méthodologie adoptée ? Le processus ? Quels « trucs et astuces » après 4 années d’expérimentation peuvent être partagés ?
Pendant une journée, Laetitia Sauvage une des fondatrices de ce projet, vous ouvrira les portes de son expérience dans la création de cette école « de rêve» et pourtant concrète. Elle témoignera de l’importance de clarifier votre intention et votre vision avant de vous lancer. Des exercices vous seront proposés ainsi que les premiers éléments d’une méthodologie de projet, base d’une formation que nous vous proposerons.
   Après un Master en Communication interculturelle spécialisé en Didactique des langues, Laetitia Sauvage est engagée dans un travail de recherche doctorale en Sciences de l’éducation. Fondatrice d’un centre de ressources pour l’enfance dont elle coordonne aujourd’hui les différentes activités, elle intervient actuellement après 5 années d’enseignement universitaire auprès d’un public adulte dans le cadre de la formation professionnelle. Plusieurs stages en lien avec la formation continue, la communication non violente et les processus d’intelligence collective complètent son parcours qu’elle oriente essentiellement vers la recherche et l’innovation pédagogique. Aujourd’hui responsable pédagogique de Salanganes, centre de ressources pour l’enfance, elle coordonne offre de formation, accueil pédagogique innovant et mise en place d’une école alternative.

 

Créer son école

IMGP3994

Un site rempli d’infos intéressantes pour créer son école :

« Ce site est dédié à la création d’une école dans ses aspects pratiques, non à la promotion d’une pédagogie ou d’une vision éducative particulière. C’est à vous d’élaborer votre projet, en fonction de vos conceptions. Voici néanmoins les repères légaux que vous devez maîtriser et quelques conseils pratiques.

La suite sur :

http://www.creer-son-ecole.com/index.php?option=com_content&view=article&id=11&Itemid=186

http://www.creer-son-ecole.com/index.php?page=2

et même des infos sur l’école à la maison :

http://www.creer-son-ecole.com/index.php?option=com_content&view=article&id=34&Itemid=251

Créer son école

Qui sommes-nous ?

 

« Merci de prendre le temps de faire connaissance.

Mon nom est Anne Coffinier.  Je suis la présidente cofondatrice deCréer son école, que j’ai  
lancée en 2004 avec d’autres parents jeunes professionnels, sous la forme d’une association loi 1901 à but non lucratif. Aujourd’hui, Créer son école travaille en liens étroits avec la Fondation pour l’école, que j’ai également contribué à créer en 2007/2008.

Mais voyons cela plus précisément et si vous avez des questions ou des idées à partager, n’hésitez pas à me contacter via anne-coffinier@creer-son-ecole.com.

Créer son école  est un réseau de directeurs d’écoles indépendantes et d’experts ainsi qu’un site Internet.

Le site de Créer son école permet de mutualiser et de rendre accessible le savoir faire des créateurs et directeurs d’écoles indépendantes. Le but est d’aider les créateurs d’école à réussir à lancer et développer leur propre école. C’est aussi de contribuer à l’essor des écoles existantes.

Pour cela, Créer son école s’appuie sur un réseau de 8 juristes et de 40 directeurs d’école partenaires.

Depuis 2008, Créer son école travaille en étroite coopération avec la Fondation pour l’école, jeune fondation reconnue d’utilité publique dédiée au renouvellement de l’enseignement en France  ( la Fondation pour l’école ). Cette fondation a été créée, à partir de l’expérience de Créer son école, dans le but d’apporter une réponse concrète aux trois grandes difficultés des écoles indépendantes que sont : 

– le manque de professeurs de qualité : les professeurs excellents sont rares; le système de formation actuel n’en forme pas directement. Il faut donc créer une formation initiale pour les professeurs de demain et donner un solide complément de formation aux professeurs déjà en activité.

– le manque de moyens financiers des créateurs d’école

– le manque d’informations de l’opinion publique et même de l’Etat sur la formidable chance que représente pour tous l’essor d’écoles indépendantes de l’Education nationale.

L’association Créer son école travaille en lien étroit avec la Fondation  pour l’école : alors que la Fondation pour l’école développe une action financière (soutien aux écoles libres), pédagogique (formation des instituteurs des  écoles libres)  et politique (promotion de la liberté et de la responsabilité scolaire), l’association Créer son école reste concentrée sur l’aide pratique et le conseil aux créateurs et développeurs d’école. »

http://www.creer-son-ecole.com/index.php?page=17

Carine et Marie-Agnès …

viennent de nous rejoindre ….

Je suis très contente d’avoir du renfort, ici, en France !

Nous sommes donc 5, tout comme en Belgique,  à travailler sur le projet …

Nous espérons aller bientôt à terre-rêves !

Je vous laisse découvrir le site de Marie-Agnès :

GE DIGITAL CAMERA

Elle fait de superbes mandalas, propose des ateliers très sympas, des séances énergétiques …

Elle travaille aussi avec les sons, les tambours …

http://energiesliberation.jimdo.com/

Choisir une forme juridique pour créer son école

 

Cette rubrique est tirée du  blog de Magda :

….http://enfantsdelanouvelleterre.over-blog.com/article-creer-son-ecole-108566277.html

 

« Cette rubrique vise d’une part à vous aider à choisir la meilleure forme juridique pour votre école  (1) et d’autre part à vous guider dans l’ accomplissement de vos obligations envers l’administration fiscale dans le cas où vous choisiriez la forme associative (2).

I- Votre école prendra-t-elle la forme d’une association ou d’une entreprise?

Allons droit au but : pour être efficace et éviter les luttes de pouvoir dans votre école, vous devrez concentrer le pouvoir de décision entre les mains d’un petit nombre de personnes.

L’idéal est même qu’il y ait une seule personne, le directeur d’école, qui ait tous les pouvoirs, pédagogiques et financiers.

C’est avec cette préoccupation que vous devez choisir votre forme juridique.

A- Première possibilité : la société commerciale

La forme juridique la plus confortable est celle de la société commerciale (EURL, SARL, ou SA). C’est elle qui vous garantit le plus de liberté car vous avez un réel droit de propriété sur votre organisation. Vous êtes libre de la gérer comme vous l’entendez, de recruter votre personnel et d’offrir tous les services que vous souhaitez. Vous pouvez bien sûr percevoir une rémunération et, si vous détenez la majorité des parts, vous êtes certain de ne jamais en perdre le contrôle. Cependant, vous devez payer les impôts commerciaux ( taxe professionnelle, impôt sur les sociétés),et vous ne pouvez pas percevoir de dons (à moins de payer des droits d’enregistrement de 60% de la somme). Les frais de scolarité sont exonérées de TVA (art 261-4-4 du CGI) avec en contrepartie soumission à la taxe sur les salaires 

Très peu d’écoles ont la statut de société, du moins parmi celles dont la vocation première est de rendre service aux familles et non de générer des profits.


B- Deuxième possibilité : l’association Loi de 1901 …. »

C’est pour éviter de payer tous ces impôts que la plupart des écoles qui se créent choisissent la forme de l’association Loi de 1901. En tant que personne morale, l’association peut passer des contrats, avoir un compte en banque, acheter, emprunter et faire toutes les opérations de gestion. Elle peut percevoir des dons, émettre des reçus fiscaux et elle n’est pas soumise aux impôts commerciaux.

Voici un exemple de statuts bien rédigés, dont vous pouvez vous inspirer. Il vous suffit de remplir les trous !

Dans la mesure où l’association est la forme juridique choisie par la quasi-totalité des écoles, c’est ce cas de figure que nous allons étudier en détail. Soyez bien attentif car les pièges sont nombreux… et fatals.

1- Inconvénients de l’association :

  1. comme toute entreprise éxonérée de TVA elle doit s’acquitter de la taxe sur les salaires (environ 10% des rémunérations versées) ; 
  2. elle ne peut récupérer la TVA ;
  3. et surtout, se pose alors de façon aigue la question du contrôle de l’école.

2- Statut du directeur de l’école

Votre directeur peut très difficilement cumuler tous les pouvoirs. Il est obligé de choisir entre :

– être rémunéré et dépendre du Conseil d’Administration de l’association, qui est son employeur ;
– ou être Président de l’association, et exercer son rôle de directeur à titre entièrement bénévole.

Car pour bénéficier des avantages fiscaux de l’association sans but lucratif, la gestion doit être désintéressée, c’est-à-dire que les personnes qui dirigent l’association ne doivent toucher aucune rémunération (ni financière, ni en nature).

Si le directeur d’école est salarié, il ne peut en aucun cas prendre des décisions qui engagent le patrimoine de l’association.

En revanche, il peut parfaitement recevoir des délégations de pouvoir du Conseil d’administration, l’autorisant à faire des actes de gestion courante, d’avoir une carte de crédit au nom de l’association, de signer des contrats de travail, etc. Mais le Conseil d’Administration doit toujours exercer un contrôle réel sur la direction de l’association. Sinon, le directeur de l’école risque d’être accusé d’être gestionnaire de fait, ce qui entraîne la requalification de l’association en société commerciale (puisque le dirigeant est rémunéré) et la perte de tous les avantages fiscaux liés à la forme juridique de l’association sans but lucratif.

Il faut donc mettre en place une gestion de votre association qui garantisse au président un véritable contrôle de son association. Cela lui permettra, s’il est directeur bénévole de l’école d’agir librement et s’il y a un directeur salarié de contrôler les décisions prises par le conseil d’administration ou le bureau.

3- Comment organiser la gestion de votre association?

 

  • Liberté d’organisation : sauf cas particuliers, les associations sont libres de s’organiser comme elles l’entendent. La loi n’impose aucune modalité d’administration particulière. La seule obligation que doit respecter l’association, c’est la désignation d’au moins un représentant personne physique pour exercer les droits dont jouit l’association (le président). Le fonctionnement de l’association est entièrement déterminé par vos statuts, que vous rédigez vous-même, et que vous devez faire voter par les membres de votre association lors d’une première assemblée, l’assemblée Constitutive. C’est l’usage qui a instauré la constitution d’une assemblée générale, d’un conseil d’administration et d’un bureau. Le conseil d’administration et le bureau peuvent être confondus. Vous pouvez donc très bien fonctionner uniquement avec une assemblée générale qui élit directement un bureau.

    Il n’est nullement obligatoire que le fonctionnement de votre association soit strictement démocratique (cette obligation n’existe que pour certains types d’associations comme les associations sportives). Il est important d’insérer des clauses dans les statuts garantissant un contrôle de l’association au président. Il peut par exemple être prévu que tout nouveau membre, pour avoir droit de vote aux assemblées, devra être agréé par le président.

    Pour plus de précisions sur le mode de fonctionnement classique d’une association vous pouvez aller voir la version PDF du guide du routard des associations et des fondations 2009.

  • Le choix des membres fondateurs de votre association

    Il faut absolument que les membres de votre association soient des personnes qui partagent votre vision du projet, en qui vous avez toute confiance, et qui sont prêtes à faire cela pour la cause.

    Faites votre possible pour que ces personnes ne soient pas des parents d’élèves, mais plutôt des amis proches. Car elles auront à faire des choix pour l’école qui seront parfois difficiles. Mieux vaudra alors qu’elles ne soient pas juges et parties.

    Exemple : si un parent a un pouvoir de décision et que son enfant est très en avance sur sa classe, il fera tout ce qu’il peut pour accélérer les programmes, ce qui ne bénéficiera pas forcément à l’ensemble des élèves. Attention : si les écoles indépendantes sont le cadre institutionnel qui reconnaît le mieux le rôle de premiers éducateurs des parents, il convient d’éviter que les parents s’ingèrent à temps et à contretemps dans la gestion de l’école, dans l’intérêt de tous.

    Enfin, si vous le pouvez, choisissez des personnes qui ont des compétences professionnelles réelles et complémentaires : un financier ou un comptable, un juriste et un entrepreneur du bâtiment, par exemple.

  • Deux membres fondateurs suffisent pour créer votre association. Ces deux personnes peuvent être par ailleurs les membres uniques du bureau (président et trésorier). Cette solution a l’avantage de permettre au Président de se garantir un parfait contrôle de son association, en prévoyant dans les statuts :
    – que les décisions seront prises à la majorité des voix au sein du Bureau,
    – que la voix du Président sera prépondérante en cas de partage égal des voix.

 

 

L’Europe des Consciences Unies

« Charte de l’Europe des Consciences :
 

Considérant que l’Europe, dans sa construction politique actuelle, ne prend réellement en compte que les dimensions économique et financière,

Considérant qu’un matérialisme omniprésent et organisé s’est emparé du continent, où il génère violence, mercantilisme, amoralisme, déculturation galopante, et qu’un nouvel obscurantisme est en train de gagner les esprits,

Considérant qu’une uniformisation généralisée cherche à s’imposer, détruisant les diversités culturelles et écrasant les individus,

Considérant que seules, à l’ampleur de la “ crise ” sont capables de répondre en profondeur et durablement des solutions d’ordre spirituel, elles-mêmes fondements véritables de relations fraternelles entre les hommes, et fondements d’une relation respectueuse de l’homme à la Nature.

Considérant ce qui précède, les membres cofondateurs de l’association l’Europe des consciences adoptent la présente Charte, par laquelle ils reconnaissent l’importance et l’urgence de : « 

Suite de la Charte sur :

http://www.europedesconsciences.com/index.php?option=com_content&task=view&id=3&Itemid=7

Les enfants d’Urantia

boite_aux_lettres

photo tirée du site : http://fr.dreamstime.com/

Les enfants d’Urantia est donc notre boîte aux lettres commune. Nous y mettons tous les renseignements que nous trouvons sur : les écoles différentes (Tekos l’école en Russie, la Green school de Bali, les écoles forestières , la ferme des enfants, l’école des elfes …), Anastasia, le Braingym, les dauphins, les écovillages … c’est un bon endroit pour stocker l’info !

Création des Enfants d’Urantia

Bonsoir,

Voici créée en directe sur skype entre Thaïs et Stéphanie la première pierre de notre fondation internationale sous forme d’un mail commun utilisable par tous ceux qui souhaitent prendre des contacts dans le cadre de la création du projet, d’archiver des infos (dossiers à créer au fur et à mesure pour ranger les mails et les infos) et de rassembler les potentiels.

Merci pour ces co-créations qui nous rendent si vivant(es)…