Les enfants ne montent plus aux arbres

.

IMGP5635

« … Plusieurs études ont montré que les enfants jouent dix fois moins ensemble, dans les lieux publics, la rue notamment, qu’il y a trente ans.(1) Le contact avec la nature se limite souvent à une image de fond d’écran d’ordinateur et les jeux sont de plus en plus solitaires, virtuellement violents, dénués de beauté, d’émerveillement, d’esprit de camaraderie et de satisfactions simples. Entre 1997 et 2003, le pourcentage des enfants de 9 à 12 ans qui passaient du temps dehors à jouer ensemble, à faire des randonnées ou du jardinage a chuté de moitié.(2) … »

http://www.matthieuricard.org/blog/posts/les-enfants-ne-montent-plus-aux-arbres

.

La motricité libre

.

IMGP4000

La motricité libre a été développée par Emmi Pikler, pédiatre hongroise du début du XXe siècle.
Emmi Pikler a dirigé un orphelinat à Budapest dans l’immédiat après-guerre. Elle a pu y appliquer les théories qu’elle avait développé précédemment au travers de ses observations.

Que nous dit-elle ?
Un bébé est « programmé » pour se développer de façon à se mettre debout, à marcher, … Un enfant n’a pas besoin d’APPRENDRE tout cela de l’extérieur ; il le fait de lui-même petit à petit, au fur et à mesure de ses découvertes.

L’activité « spontanée » du bébé est très importante dans son développement. L’enfant est le moteur de son propre développement : le laisser faire lui donne à la fois la joie de découvrir par lui-même mais aussi la confiance en ses propres capacités.
En expérimentant par lui-même, l’enfant acquiert ainsi une plus grande connaissance de son corps et réagit de façon plus adroite aux pertes d’équilibre et aux chutes qui surviennent dans ses jeux.
L’enfant connaît mieux son corps, est plus sur de lui, plus autonome, plus confiant en ses capacités mais connaît aussi mieux ses limites.

Qu’est-ce que ça veut dire ?
Concrètement, cela signifie par exemple qu’il faut éviter au maximum de mettre l’enfant dans une position qu’il ne maîtrise pas = où il ne peut pas se mettre seul ET aussi dont il ne peut pas sortir seul. En effet, il se retrouve alors une situation de dépendance et de stress.

Un enfant mis assis, calé par des coussins se sentira « coincé ». Il ne pourra pas – ou difficilement – jouer car il aura peur de tomber sans pouvoir se relever. Idem pour l’enfant mis dans un trotteur qui s’y trouve « coincé » jusqu’à ce qu’un adulte veuille bien venir l’en délivrer ou qui peut se trouver coincé contre un mur car il ne sait pas encore reculer par exemple.

Adultes, nous connaissons ce sentiment si on nous met dans un poste qui dépasse nos compétences : nous nous sentons angoissés et « pas à la hauteur ». Si on nous met dans un poste qui nous permet d’utiliser les compétences déjà acquises mais avec juste ce qu’il faut de défi, nous nous sentirons à l’aise et prêt à acquérir de nouvelles compétences.

Cela signifie aussi qu’un bébé a besoin d’être posé sur le dos sur le sol (sur un tapis) afin d’expérimenter le contact de son dos sur le sol, puis de découvrir ses bras, ses mains puis ses jambes et ses pieds, puis le fait que les balancements lui permettent de se tourner sur le côté. Le mettre dans un transat ou une chaise haute trop souvent le prive alors de multiples possibilités de découvertes psychomotrices.

Laisser l’enfant découvrir par lui-même ne signifie, bien sur, pas le laisser seul, livré à lui-même. Il s’agit pour l’adulte d’être là pour partager la joie d’une nouvelle découverte mais aussi pour proposer un environnement approprié aux découvertes du moment.
Cela suppose d’observer l’enfant sans projeter sur lui ce que nous adultes avons envie de lui voir faire. Souvent nous utilisons des accessoires type transat, trotteur, … parce que nous avons peur que notre enfant n’apprenne pas à se mettre debout, à marcher, … Or toutes ces stimulations contribuent à désorganiser l’acquisition que l’enfant est en train de faire à son rythme et perturbent l’équilibre global de son développement. L’enfant finira par acquérir mais à notre façon et non à la sienne, qui ne sera peut-être pas la plus appropriée pour lui.

Une astuce pour l’observation des enfants, donnée par une psychomotricienne formée à la méthode Pikler-Loczy : essayez de lister ce que fait l’enfant avec des verbes d’action.

Exemple : un enfant qui vide les placards de votre cuisine n’est pas en train de vous énerver ;-) … il ouvre, ferme, prend, emboîte, range, … Libre à vous ensuite de lui proposer les mêmes activités avec d’autres objets, à un autre endroit et/ou à un autre moment.
Un nourrisson couché sur le dos ne fait pas « rien » : il bouge les bras, se balance, tourne la tête, pédale, …

Pour finir, les observations d’Emmi Pikler montrent qu’il y a une très grande variabilité dans l’âge des différentes acquisitions, bien loin des âges moyens que l’on nous donne généralement.
Nous manquons juste de patience et de confiance dans nos enfants ;-)

Apprenons à les regarder et écoutons-les : ils nous font savoir très clairement ce dont ils ont besoin.

Pour aller plus loin : Association Pikler-Loczy

Article publié initialement sur le site de S Comm C

  • Qui suis-je ?


    Sandrine Donzel

    Passionnée des relations humaines depuis toujours, j’en ai fait mon métier. Vous trouverez donc sur ce blog des pistes de réflexion des outils concrets et pragmatiques pour développer votre efficacité relationnelle, notamment envers les enfants.

    Plus d’infos sur moi ici.

     

    .

 

 

Voici ce que toutes les petites filles aimeraient que leurs papas sachent. C’est tellement vrai…

.

IMGP6912

1. La façon dont tu m’aimes est la façon dont je m’aimerais moi-même plus tard.

2. Demande-moi comment je me sens, et écoute ma réponse. J’ai besoin de savoir que tu m’accordes de la valeur avant d’être assez grande pour connaître et comprendre ma propre valeur.

3. J’apprends la manière dont je devrais être traitée par la façon dont tu traites Maman.

4. Si tu es en colère après moi, je le ressens même si je n’en comprends pas toujours la cause, alors parle-moi.

5. Chaque fois que tu donnes de l’amour, que ce soit à moi ou a une autre personne, j’apprends à aimer le monde et à croire un peu plus au futur de l’humanité.

6. J’ai besoin de me sentir protégée par ta force pour avoir confiance en moi. Protège-moi, serre-moi dans tes bras.

7. S’il te plaît, ne parle pas du sexe comme un adolescent au début de sa puberté. Je risquerai de croire qu’il s’agit d’une chose sale.

8. Quand tu parles avec une voix calme et douce, je comprends bien mieux ce que tu veux me dire.

9. Fais attention à la façon dont tu parles des corps des femmes, même (et surtout) quand tu es « juste en train de plaisanter », c’est comme cela que je vais moi-même juger mon propre corps.

10. Fais attention à la façon dont tu traites mon cœur. C’est la façon dont je permettrai aux autres hommes de le traiter.

11. Si tu m’encourages à trouver ce qui m’apporte du bonheur, je le chercherai toujours.

12. Si tu me donnes un sentiment de sécurité quand je suis avec toi, je saurais mieux me défendre et m’éloigner des hommes avec lesquels je ne me sentirais pas en sécurité.

13. Enseignes moi l’amour de l’art, de la science et de la nature, et j’apprendrais que l’intellect importe plus que le tour de hanches ou de poitrine.

14. Laisse moi te dire exactement ce que je veux même si tu trouves que c’est bête ou que j’ai tort, parce que j’ai besoin de savoir que tu acceptes le fait que j’aie mes propres idées.

15. Quand je serais un peu plus grande, mon corps qui se transformera. Si tu me donnes l’impression que tu as peur de cela, je vais croire qu’il y a un problème dans le fait de grandir et de devenir une femme.

16. Si tu sais être heureux et être satisfait de ce que tu as, je le saurai moi aussi.

17. Quand je te demande de me lâcher la main, s’il te plaît, reste disponible; Je reviendrai toujours vers toi et j’aurais toujours besoin de toi.

18. Si tu fais preuve de tendresse, j’apprendrai à embrasser et à accepter ma propre vulnérabilité, plutôt que d’en avoir peur.

19. Quand tu me laisses t’aider à bricoler, à réparer la voiture ou a repeindre la maison, j’apprends que je peux faire tout ce qu’un garçon fait et que je n’ai pas moins de valeur.

20. Quand tu protèges ma féminité, j’apprends que tout ce qui fait mon être vaut la peine d’être protégé.

21. La manière dont tu traites notre chien au moment où tu crois que je ne te regarde pas m’en dit plus sur toi et sur tes valeurs que tout le reste.

22. Ne laisse pas l’argent être tout ce qui compte, ou je n’aurais plus de respect, ni pour l’argent, ni pour toi.

23. Embrasse-moi, serre moi dans tes bras, de la façon bonne et pure que peut faire un Papa . J’ai besoin de savoir ce qu’est un contact physique sain.24. S’il-te plaît ne me mens pas, parce que je croirai tout ce que tu me diras.

25. N’essaye pas d’éviter les conversations difficiles. Si tu évites cela, je croirai que je ne vaux pas la peine que l’on se batte pour moi.

C’est plutôt simple, vraiment. Les petites filles aiment tout simplement leurs papas. Chacune d’entre elles pense que leur papa est celui qui a accroché la lune dans le ciel. Alors de temps en temps, quand vous regarderez votre petite demoiselle qui tourbillonne dans sa robe à fanfreluches, rappelez-vous qu’elle grandira un jour.

Qu’est-ce que vous voulez qu’elle sache des hommes, de la vie, de l’amour ? Ce que vous dites et ce que vous faites à présent est très important et cela la marquera toute sa vie. Vous qui êtes papa, ne sous-estimez jamais l’impact de vos paroles et de vos actes sur vos enfants, peu importe leur âge.

.

Le cordon ombilical

IMGP1014

.

« Parents, grands-parents, tantes, oncles, frères et sœurs, familles, sages-femmes, doulas, médecins, infirmières, administrateurs d’hôpitaux et législateurs … nous sommes Les gardiens de naissance. Il est de notre responsabilité la plus sacrée de protéger les nouveau-nés à la naissance et à mesure qu’ils grandissent, car ils sont les futurs Gardiens de la Terre. Ma question est maintenant: « Sommes-nous des professionnels de la santé pour voler à nos de bébés leur plein potentiel de santé, d’intelligence, d’immunité et de longévité au moment de la naissance ? ».
Partout dans le monde, dans presque tous les établissements médicaux, les nouveau-nés sont privés jusqu’à 1/3 de leur volume sanguin.
Au moment de la naissance des nouveau-nés sont estimés à avoir un volume de sang de 78 ml / kg (3,5 kg X = 273 ml) avec un hématocrite veineux de 48%. Lorsque la section du cordon ombilical a été retardé de 5 minutes, le volume de sang a augmenté de 61% à 126 ml / kg (X 3,5 kg ou 7,7 livres. = 441 ml). Comment alors peut-il être illégal par les protocoles et les pratiques hospitalières de nuire aux nouveau-nés en les privant à la naissance de tant de sang ? En fait, les études prouvent qu’il s’agit d’une pratique néfaste. Je suis sûr que si j’enlevais 1/3 de ce même le sang à un patient adulte sans son consentement, il serait considéré comme un crime. Il y aurait un tollé médiatique contre moi, et je serais poursuivi. Comment alors, pouvons nous tolérer le même traitement injuste pour les nouveau-nés humains?
De nombreuses recherches montrent qu’en retardant simplement la section du cordon ombilical des bébés, nos enfants subiraient moins de traumatisme, moins de saignements internes crâniens, et auraient un taux de fer plus élevé à 4 mois, et même jusqu’à 6 et 8 mois après la naissance, une meilleure immunité
En ne coupant pas le cordon ombilical à la naissance, le bébé doit rester peau à peau avec la mère. Ceci élimine ou réduit considérablement le risque de traumatisme à la naissance. La recherche a prouvé que les bébés nés sans traumatisme jouissent d’une capacité intacte à l’amour et à la confiance.
Le naturel et le bon sens est de donner le temps au placenta de faire son travail, de fournir à l’enfant son approvisionnement en sang complet. .
À Bumi Sehat, nous attendons trois heures avant de faire quoi que ce soit avec les cordons ombilicaux des bébés, et de nombreux parents choisissent de pratiquer la naissance lotus (la naissance lotus est de laisser le cordon sécher naturellement et tomber sans violence).
Au Bumi Sehat nous avons connu pas d’effets néfastes pour les bébés, même si nous ne divisons pas immédiatement leur lien ombilical au placenta. Une petite étude a été réalisée qui a comparé un petit échantillon de 30 bébés de Bumi Sehat (de l’indemnité de cordon grandement retardé) et 30 bébés de l’hôpital local avec une indemnité immédiat du cordon. Il n’y avait pas augmentation du taux de jaunisse et le groupe de départ tardif du cordon de Bumi Sehat apprécié hémoglobine supérieur.
Peu importe si vous êtes riche ou pauvre; instruit ou non; brun, noir, blanc, rouge, jaune ou métis, musulman, chrétien, bouddhiste, hindoue, Pagan, catholique, juif ou agnostique, très jeune ou trop vieux, aucun bébé n’a le droit d’être volé de 33% de l’approvisionnement de son sang.
Les cellules souches sont précieuses, le sang est précieux, certains hôpitaux vendent le sang de bébés pour les transfusions et pour la recherche. Beaucoup de parents sont invités à faire don de leur sang de cordon bébés à la science ou à aider les autres. Les cordons ombilicaux sont commercialisés pour des greffes. Les placentas vendus à des sociétés de cosmétiques.
Il suffit de dire « NON, je ne permettrai à personne d’abuser de mon nouveau-né. »

Texte écrit par Ibu Robin, sage-femme, auteure et fondatrice du centre Bumi Sehat à Bali
Photo, wanderlust & wonder

extrait de :

http://ayungdari.wordpress.com/2014/09/26/ne-coupons-pas-le-cordon-ombilical-de-nos-bebes-immediatement-a-la-naissance/

.

.

Des livres :

Cultiver l’art d’accueillir la vie en douceur : grossesse, accouchement, écoute de soi. Témoignages, conseils pour les femmes et ceux qui les accompagnent : Maïtie Trélaün, Martine Texier, Michel Odent, Frédéric Leboyer, doulas, sage-femmes…

Sagesse et pouvoirs du cycle féminin

Et si j'accouchais à la maison ?

J'ai tant de choses à dire

sur le site du souffle d’or :

http://www.souffledor.fr/boutique/produits-categorie_grossesse-maman-bebe_1_1.html

Institut petite enfance Boris Cyrulnik

.
IMGP6910
« Parce que l’enfance est un enjeu majeur, tant sur les plans éducatif, social qu’économique, Boris Cyrulnik, Laurence Rameau et Philippe Duval ont créé en association avec des professionnels, des universitaires, des praticiens et des centres de formation, l’Institut Petite Enfance – Boris Cyrulnik, qui a été inauguré en septembre 2013.
Ses missions ? Mettre en place une formation continue adaptée pour l’ensemble des professionnels de la petite enfance, créer un pôle de réflexion sur les formations de ces professionnels, ainsi qu’un centre de recherche permettant de favoriser et de transmettre les évolutions et les connaissance récentes dans le domaine de la petite enfance.
Pour l’année 2015, l’IPE-Boris Cyrulnik maintient sa formation à Cholet, déplace celle de Béziers à Nîmes et ouvre deux autres centres, l’un à Caen et l’autre à Bordeaux. »
Vous pouvez vous inscrire en téléchargeant la fiche d’inscription sur le site :
« Théorie de l’attachement », « Le pouvoir des bébés », « Pouvoir, savoir, vouloir en éducation »,
« Le cerveau des bébés », « Les jeux des bébés » Autant de conférences à écouter ici :

 

Caractéristiques des dessins d’enfants

.

 » Entre 3 et 12 ans les dessins d’enfant évoluent beaucoup et suivent les évolutions de l’enfant dans les domaines suivants :

  • Maîtrise du geste graphique lui-même
  • Représentation que l’enfant a de son propre corps
  • Représentation spatiale de l’enfant
  • Capacités de structuration de l’enfant
 
 

 

Caractéristiques des dessins d’enfants entre 3 et 7 ans :

  • Vers 3 ans : « Le têtard » L’enfant représente un rond représentant la tête et le corps.
  • 2 bâtons sont attachés à ce rond pour représenter les jambes.
  • Parfois l’enfant représente aussi les bras par 2 bâtons.
  • Les yeux, la bouche et le nez sont parfois représentés mais pas toujours.
  • Le têtard peut persister jusqu’à l’âge de 5 ans sans que cela soit anormal

Vers 4 ans :

« Le têtard » est enrichi de détails : yeux, bouche, nez, nombril.

Parfois l’enfant représente aussi le sexe ou les cheveux

Vers 5 – 6 ans :

un second cercle apparaît sous la tête, il représente le tronc.

Sa taille peut être très variable … »

 

la suite sur  :

http://www.teteamodeler.com/scolarite/psycologie/dictiofiches11.asp

Vivre et transmettre le meilleur pendant la grossesse

image-site
C’est durant la période intra-utérine que se construisent les toutes premières  empreintes qui influenceront l’équilibre affectif de  l ’enfant, sa confiance, son élan de  vie et la qualité de sa relation avec ses parents. Dans cet  ouvrage, Sophie Metthey  offre des clés pour permettre aux parents d’accompagner leur enfant en gestation à vivre le mieux possible la période fondamentale de sa vie intra -utérine .

 Ce livre riche de témoignages et de conseils pratiques propose  des pistes , des outils et  des voyages intérieurs guidés pour se relier au coeur et à l’âme de son enfant, se préparer à  l’accueillir  et lui transmettre concrètement  la qualité d’attention et d’accompagnement dont il a   besoin pour   grandir en se sentant sécurisé, paisible et  confiant.
Il permettra aux mères de vivre leur grossesse de façon plus épanouie en prenant  soin de leur équilibre  physique et émotionnel tout en sachant préserver leur bébé dans les moments difficiles.
C’ est une invitation à vivre consciemment ces « neuf mois magiques » telle une période initiatique  vous amenant à renaitre à vous même, à grandir intérieurement en même temps que votre bébé, vous  allégeant des poids inutiles pour transmettre le meilleur.
Une invitation à préparer la naissance comme une véritable célébration de la vie.
Si vous le souhaitez, je me ferais un plaisir de vous envoyer le livre avec une dédicace.

Extrait du fabuleux site de Sophie Guedj :

http://www.sophieguedjmetthey.com/

Le choix de l’âme : Votre enfant vous a choisi

IMGP8141
Un très bel article sur le blog de Magda :

« Plusieurs traditions spirituelles enseignent que l’âme de l’enfant choisit ses parents. Vous vous demandez peut être ce qu’il en est ou vous vous dites…
Pour lire la suite
cliquez ici  »

http://www.ecoledesanges.com/article-le-choix-de-l-ame-votre-enfant-vous-a-choisi-123472838.html

Allaiter, c’est bon pour la santé

51T0B44R26L._

« L’allaitement maternel étant la norme biologique de l’espèce humaine, les parents devraient avoir accès à toute l’information disponible sur le sujet, afin de pouvoir faire un choix éclairé. Cet ouvrage contribue à les aider en passant en revue les études les plus récentes sur la composition du lait maternel, les effets spécifiques de ses composants et les bénéfices de l’allaitement pour la santé de l’enfant et de sa mère à court et à long terme, ainsi que de précieuses indications sur la manière de procéder quand la mère, ou l’enfant, est malade. Vous y trouverez aussi tous les arguments pour justifier cette forme d’alimentation naturelle de l’enfant qui renforce sa santé et son immunité, lui assure un développement harmonieux et intensifie les relations avec sa mère. »