Ma fille

.

IMGP7415

Ma fille,

Le jour où tu trouveras que j’ai vieilli,
aie de la patience envers moi
et essaie surtout de comprendre ce que je traverse, de me comprendre.

Si lorsque nous parlons, je répète la même chose des dizaines de fois, ne m’interromps pas pour me dire: « Tu as dit la même chose il y a une minute ». Écoute-moi s’il te plaît.
Souviens-toi quand tu étais petite, tu voulais que je te lise la même histoire, soir après soir, jusqu’à ce que tu t’endormes.

Si je ne souhaite pas prendre un bain, ne te mets pas en colère et ne me mets pas mal à l’aise en disant que c’est une honte.
Souviens-toi combien de raisons je devais inventer pour te faire prendre un bain quand tu étais petite.

En voyant mon ignorance vis-à-vis des nouvelles technologies, ne te moque pas de moi, mais laisse-moi plutôt le temps d’assimiler tout ça et de comprendre.

Je t’ai appris tant de choses: comment te tenir à table, t’habiller, te coiffer, comment appréhender les défis de la vie…

Le jour où tu trouveras que j’ai vieilli,
aie de la patience envers moi
et essaie surtout de comprendre ce que je traverse, de me comprendre.

S’il m’arrive à l’occasion d’oublier ou de ne pouvoir suivre une conversation, laisse-moi le temps nécessaire pour me souvenir et si je n’y parviens pas, ne te montre pas irritée, impatiente ou condescendante : le plus important pour moi, c’est d’être avec toi, de partager des moments avec toi.

Quand mes jambes ne me permettront plus de me déplacer comme auparavant, tends-moi la main comme je te l’ai tendue pour t’apprendre à faire tes premiers pas.

Quand ces jours approcheront, ne sois pas triste. Sois tout simplement avec moi et comprends-moi alors que je m’approche de la fin de ma vie, avec amour et gratitude.

Je te chéris et te remercie pour les moments passés ensemble et la joie éprouvée.

Avec un sourire et tout l’amour que je ressens pour toi, je souhaite juste te dire ma fille : je t’aime.


Auteur inconnu – Traduction par Laëtitia Ludivine.

Voir sur epanews.fr
Publicités

Conte inspirant

IMGP0772

« En Inde, se raconte encore le soir dans les familles une vieille histoire sur le Dieu Brahma, qui se trouvait bien trop seul. Rien d’autre n’existait alors que Brahma et, il s’ennuyait à mourir. Il décida donc de jouer à un jeu, mais il n’y avait personne avec qui jouer. Il créa donc une déesse magnifique, simplement pour pouvoir s’amuser. Il l’appela Maya. Lorsqu’elle apparut, Brahma lui expliqua pourquoi elle était là. Alors elle dit: « D’accord, jouons donc au jeu le plus merveilleux qui soit. Mais tu dois faire ce que je te dis. » Brahma donna son accord, et, suivant les instructions de Maya, créa l’univers tout entier. Il créa le soleil et les étoiles, la lune et les planètes. Puis, il créa la vie sur terre : Les animaux, les océans, l’atmosphère. Tout. Maya lui dit : « Ce monde d’illusion que tu as créé est magnifique, je veux maintenant que tu crées une sorte d’animal qui soit si intelligent et conscient qu’il apprécie ta création. » Brahma créa donc les humains. Et quand il eut achevé la création, il demanda à Maya quand le jeu allait commencer. « On commence tout de suite, » dit-elle. Elle prit Brahma et le coupa en centaines de millions de minuscules morceaux qu’elle mit en chaque être humain. Elle dit alors : « Le jeu commence! Je vais te faire OUBLIER qui tu es, et tu essaieras de le découvrir par toi-même!  » Maya créa le Rêve et, à ce jour, Brahma essaie toujours de se rappeler qui il est. Brahma est là, en vous, et Maya vous empêche de vous souvenir qui vous êtes vraiment. Lorsque vous vous éveillez du Rêve, vous redevenez Brahma, et vous redécouvrez votre divinité. Vous pouvez partager la vérité avec d’autres qui pourront aussi s’éveiller avec vous. »

Tiré du site :

http://www.beyoutofull.be/?page_id=62