Le combat d’un agriculteur australien face au colza OGM de Monsanto

fév 2, 2014

 

Éleveur de moutons en Australie Occidentale, Steve Marsh a décidé de s’attaquer au colza OGM breveté Monsanto devant la Cour suprême, peu après avoir perdu son label bio suite à la contamination de ses champs.

Ce n’est pas la première fois que la firme Monsanto s’attire les foudres d’un exploitant. En 2010, les autorités autorisaient la culture du colza breveté par la multinationale. Michael Baxter, un voisin de Steve décide alors d’en semer sur ses terres. Mais quelques mois après et malgré une zone tampon de cinq mètres entre les cultures (comme le stipule la loi), le vent a eu raison de la dissémination des graines et ce sont les deux tiers de la surface cultivable de Steve Marsh qui ont été contaminés. L’éleveur perd alors sa certification bio sur 70% de son exploitation. Ses efforts pour parvenir à une agriculture saine et respectueuse de l’environnement partent en fumée et l’homme n’a aucun moyen de se retourner contre la multinationale.

« Monsanto se protège en faisant signer un contrat à tous les agriculteurs qui achètent leurs semences OGM. En cas de contamination génétique, la multinationale semencière n’est ainsi pas responsable ! Et il n’y a aucune loi qui protège les agriculteurs en Australie lorsque leurs récoltes sont contaminées », explique Rachel Dujardin de la Safe Food Foundation.

Finalement, Steve a décidé de poursuivre son voisin devant la Cour suprême, une bataille qui pourrait avoir de fortes répercussions si l’éleveur gagne son procès. « Si Steve gagne, cela créera un précédent qui aidera les agriculteurs à travers le monde dans leur bataille pour rester exempts d’OGM », précise Rachel Dujardin. À travers son Michael Baxter, c’est donc clairement Monsanto qui est visée. La firme a donc décidé de soutenir son client en lui payant ses frais de justice tandis que la Safe Food Foundation appuie le combat de l’éleveur.

Attendu le 10 février prochain, le procès devrait poser la question de la coexistence entre les cultures OGM et non-OGM. “Steve est déterminé. Il souhaite aller jusqu’au bout pour défendre son droit à cultiver sans OGM et notre droit à continuer à manger des produits sans OGM, mais il ne peut pas le faire seul. Il a besoin de notre aide pour payer les frais de justices qui s’élèvent à plusieurs centaines de milliers d’euros.” Conclut Rachel Dujardin.

 

 

>> En savoir plus : Safe Food Foundation

Extrait du site :

http://citizenpost.fr/2014/02/le-combat-dun-agriculteur-australien-face-au-colza-ogm-de-monsanto/

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s