Effet Gaïa :

 

de  Monika MURANYI :

 » LES ECOLES LEMURIENNES.

IMGP0480

Les écoles de la Grande Lémurie étaient très particulières. Cela se passait comme suit :

Les enseignants s’appelaient les Anciens et ils étaient très respectés car ils prodiguaient l’enseignement de leur civilisation. Tous d’un âge vénérable, ils constituaient les meilleurs éléments de la société. Et pourtant leurs écoles n’avaient rien à voir avec les vôtres ni avec votre mode de fonctionnement quotidien. Elles ne comportaient ni administrateurs , ni bureaux d’administration et les édifices logeaient de petites salles de cours isolées et non communicantes.

Il n’y avait pas non plus de système linéaire ! Les Anciens se réunissaient et décidaient de ce que les enfants devaient apprendre en un certain temps. Les parents envoyaient leurs enfants dans les salles locales à un certain âge. Dans une salle de cours typique, les enfants et l’Ancien (l’enseignant) décidaient de concert de ce qui devait être appris. Les enfants décidaient ensuite ensemble à quel rythme ils pouvaient assimiler ce programme et ils en faisaient part à leur enseignant. Celui-ci était assez souple pour se plier à leur volonté. Ensuite, ils se choisissaient un chef, ou une série de chefs en rotation, afin de maintenir leur objectif et de l’administrer.

Le rôle de l’Ancien consistait donc à leur prodiguer son savoir et à s’assurer qu’ils obtiennent les connaissances appropriées. Or, ces enfants concevaient souvent en un seul jour le programme de toute une année. Donc, même sans posséder réellement le savoir, ils exprimaient ce qu’ils croyaient être la meilleure façon de l’acquérir, la méthode la plus rapide et la manière de l’intégrer à leur programme scolaire. Quand ils jugeaient qu’ils avaient appris convenablement, ils réclamaient un examen. Si la classe réussissait, ils passaient tous à la fin de la session. Ensuite, c’était les vacances (le véritable objectif des enfants de cet âge-là).

Il n’y avait donc pas de durée d’apprentissage préétablie. Les enfants commençaient tous en même temps, mais ils ne finissaient pas à un moment prédéterminé. C’était leur rythme d’apprentissage qui déterminait la durée du cours, laquelle reflétait leur aptitude à comprendre la matière des cours sans la connaître. Il n’y avait pas d’année scolaire ni de degrés, mais seulement l’objectif d’acquérir un certain savoir le plus rapidement possible afin de pouvoir aller jouer ! Ce sont les enfants qui dirigeaient le processus, mais ils comprenaient parfaitement qu’il leur fallait apprendre la matière.

Vous serez peut-être nombreux à dire que cela ne fonctionnerait pas aujourd’hui parce que c’est trop différent et que la nature humaine quadridimensionnelle ne s’y prête pas ! Je vous répondrai ceci : la nature humaine quadridimensionnelle ne s’y prête peut-être pas, mais un enfant multidimensionnel pourrait le faire facilement. Je le dis parce que nous avons révélé il y a plusieurs années cette caractéristique des enfants indigo. C’est l’un de leurs nombreux traits multidimensionnels !

Revenons à la Lémurie. S’il y avait des élèves lents, les autres s’en apercevaient immédiatement et les aidaient ! Le « devoir » des enfants consistait à en assister un autre afin qu’il puisse suivre le rythme d’apprentissage de tous. C’était là leur seul devoir ! Plus ils apprenaient vite, plus les vacances étaient proches. Et les fauteurs de troubles ? demanderez-vous. Y en avait-il en Lémurie ? Bien sûr. Voici comment on réglait le problème.

Les enfants s’occupaient eux-mêmes de la discipline. Non par un système d’intimidation, lequel n’existe pas dans la conscience d’un enfant multidimensionnel. Dans ce type de conscience, c’est toujours l’objectif du groupe qui compte, non le pouvoir individuel. Les enfants réglaient le problème avec logique. Si un élève nuisait à l’arrivée rapide des vacances, ils l’aidaient de leur mieux. Si certains ne répondaient pas aux attentes ou créaient des ennuis, on pouvait les exclure. Quiconque se faisait expulser de la classe par consensus ne pouvait jamais y revenir. Il lui fallait aller dans une autre classe, en dehors de la Grande Lémurie. Évidemment, cela créait une autre société complexe qui était déshonorée et dont les membres ne vivaient pas très longtemps puisqu’ils n’avaient pas mérité le droit d’aller au Temple de la Régénération, qui constituait une grande partie du système de santé de la Lémurie.

Cela peut vous sembler sévère et ce l’est sans doute selon les normes d’aujourd’hui, mais c’est ainsi que les écoles fonctionnaient. Votre société a progressé différemment parce que vous avez travaillé sur d’autres aspects de votre évolution.

Ces explications vous aideront à comprendre pourquoi l’école actuelle est si difficile pour les enfants indigo, les enfants cristal et tous les autres enfants de la nouvelle énergie terrestre. C’est parce qu’une couche de leur ADN est activée et prête à travailler. »

Merci à Pascale, pour cet extrait ! Emoji

Publicités
par Stéphanie arc-en-ciel Posté dans Accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s