La gastro

GASTRO : ON NE VOUS VERRA PAS CHEZ LE MÉDECIN CETTE ANNÉE

« Les Fêtes sont finies et j’espère pour vous que vous ne devez pas aller voir le médecin. Les salles d’attente sont en effet bondées de gens qui ont la gastro, ces derniers jours, et les médecins ne peuvent faire autrement que de les prendre en urgence… Forcément, quand on a des nausées, qu’on est pris de vomissements, de diarrhées aigües, de spasmes, de crampes à l’estomac, de fièvre… on passe avant tout le monde.
Mon premier conseil : fuyez les salles d’attente

Vous les savez, quand vous avez attrapé une gastro, plus personne à la maison ne peut s’approcher de vous… et vous allez vous fourrer pendant une demi-heure dans un nid à virus ! Se mettre les doigts dans la bouche, se gratter le nez, ou se frotter les yeux, c’est comme ça qu’on contamine les autres. Ce n’est pas très ragoutant, mais les bactéries qui causent la gastro se transmettent par voie oro-fécale, ce qui est une façon polie de dire que des selles contaminées se retrouvent dans la bouche, le nez ou les yeux d’une autre personne. Barres de métro ou de bus, menus dans les restaurants, barres de caddies, digicodes, poignées de portes… voilà les transmetteurs du virus. La simple promiscuité suffit : au bureau, dans les transports en communs, ou chez soi et encore plus dans les salles d’attente.
Comment l’a-t-on attrapée ?

Bien entendu les fêtes de fin d’année y sont pour beaucoup. On s’y croise et on s’embrasse, on partage le même verre, on mange des petits fours et des cacahuètes… En plus on veille tard, on s’excite, se fatigue… on absorbe à la suite toutes sortes d’aliments, de toutes provenances. Le système digestif est en panique. On surcharge son foie avec de l’alcool, du chocolat et, parfois, de la fumée. Et quand on ne festoie pas, on mange les restes. Voilà comment on ouvre la porte au virus… qui s’engouffre dedans.

Les abus des fêtes n’expliquent pas toutefois pourquoi l’épidémie de gastro-entérite annuelle commence en novembre et finit en mars. Le virus débarque dès que le froid s’installe et ne disparaît qu’au printemps. Chez nous, il trouve désormais un terrain favorable : flore intestinale affaiblie, stress de la fin de l’année, froid intense… nos organismes épuisés sont une proie facile. Et comme le virus est, généralement, mal soigné – c’est à dire avec des antibiotiques qui détruisent la flore intestinale et exposent ainsi à une nouvelle infection – ça peut durer un moment…
Les petits sont les amis du virus

La crèche et l’école sont bien entendu des nids pour la gastro. Ce sont les moins de cinq ans qui sont les premiers concernés, car ils touchent tout et portent tout à la bouche. Ce sont souvent eux qui introduisent le virus dans un foyer, contaminant de proche en proche tout le monde. Contre leur contamination, il n’y a rien à faire, sinon à renforcer leur système immunitaire (voir plus loin). Il y chaque année chez nous entre 15 et 40 décès dus au virus. Les gastro-entérites, ainsi que la fièvre et les vomissements qui les accompagnent généralement, sont à l’origine de déshydratations sévères. A l’échelle de l’Europe, c’est un enfant par jour qui décède des suites d’une gastro-entérite. On est loin, tout de même, des 1 400 décès par jour liés à la gastro-entérite dans les pays pauvres.
Les fabricants de vaccins ont fait un flop

Les laboratoires pharmaceutiques ont tenté de s’emparer de cette rente annuelle comme il l’on fait pour la grippe. Et hop, un vaccin de plus. Heureusement, ils n’ont pu prouver l’efficacité de leur vaccin, en 2006, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France a émis un avis défavorable à l’utilisation des vaccins contre les rotavirus car prôner cette vaccination n’était sans doute pas la meilleure façon d’encourager « les bonnes pratiques médicales » et risquait au contraire d’en détourner les médecins et les familles.

Fin novembre 2007, le professeur Christian Perronne, spécialiste des maladies infectieuses et qui venait d’être promu président de la commission de sécurité sanitaire des produits de santé au Haut Conseil de la Santé Publique, avait déclaré que le vaccin contre le rotavirus n’avait pas un bon rapport coût-efficacité et qu’il aurait en France un impact extrêmement marginal.

Et le vaccin est donc passé aux oubliettes… jusqu’à quand ?
Le plus drôle, c’est que ça se soigne en deux temps trois mouvements

Je ne vous assommerai pas avec les conseils habituels mais pour vous protéger faites comme si c’était vous la personne contagieuse, vous verrez, c’est beaucoup plus simple de raisonner ainsi. Dans la mesure où vous perdez beaucoup de liquide, par le haut et par le bas, vous devez aussi lutter contre la déshydratation, en buvant régulièrement de l’eau en bouteille riche en minéraux et, si vous voulez faire mieux, de l’eau de riz (30 minutes pour un volume de riz complet dans seize volumes d’eau).
Des remèdes, il y en a cinquante, les meilleurs sont :

– La baie de myrtille séchée : on en trouve partout en boutique bio. 25g pour un litre d’eau de source en décoction. Buvez deux litres en deux jours. Normalement, c’est fini, sinon, refaites un tour avec deux autres litres. Ce remède peut être employé pour les tout-petits (à de moindre doses).

– le lait d’argile verte :une cuillère d’argile verte dans un verre d’eau, mélangez avec un bout de bois, laissez reposé et buvez la partie translucide. Le soulagement est immédiat. Vous pouvez utiliser ce remède en préventif.

– l’extrait de pépins de pamplemousse (Citrus paradisii) : c’est l’antibiotique naturel idéal. Il n’affaiblit pas le système immunitaire comme les antibiotiques de synthèse, bien au contraire il le soutient et le protège. Il ne détruit pas les bactéries utiles à l’organisme et n’affecte pas la flore intestinale. Matin, midi et soir, 10 à 15 gouttes dans un verre d’eau constituent le meilleur des remparts contre la gastro-entérite.

– La propolis : si c’est de la bonne, le virus n’y résistera que quelques heures.
Le virus change à chaque saison

Les virus savent s’adapter et, comme pour la grippe, les virus de la gastro (rotavirus, calcivirus, adenovirus, norovirus…) évoluent en s’adaptant notamment aux antibiotiques et, plus généralement, à toutes les attaques. En cas de souche particulièrement résistante, il faut avoir recours aux huiles essentielles et j’ai personnellement un petit faible pour le mélange Alternativ’ aroma qui est un anti-viral à large spectre.
Pour consolider

– Rééquilibrer et renouveler la flore intestinale avec des probiotiques associés à les prébiotiques qui les stimulent.
– Mettre son système digestif au repos en vous nourrissant pendant quelques jours de bouillons et de légumes à la vapeur.
– Eliminer les poisons, les déchets et les restes de virus morts avec du charbon végétal activé qui absorbe tout grâce à ses millions d’alvéoles microscopiques.

Faites-moi confiance, pas besoin de médecin et d’antibiotiques pour soigner une gastro !
Et si vous pensiez à tout ça avant l’année prochaine ?

Au lieu de s’échiner à vouloir se débarrasser d’une gastro, pourquoi ne pas tout simplement faire le nécessaire pour ne pas l’attraper ? Vous avez peut être entendu parler de l’échinacée qui est une plante qui permet d’améliorer son système immunitaire pour combattre les bactéries. Couplées avec la propolis, qui provient du travail des abeilles, elles donnent un cocktail qui booste votre système immunitaire.
Consommez régulièrement de la vitamine C sous forme de fruit ou de jus. Votre immunité n’en sera que renforcée. Mieux protégé, on agit en prévention.

Et surtout l’année prochaine, ne vous gavez pas de mille saloperies, c’est le meilleur moyen d’éviter la gastro.

Portez-vous mieux.

Caroline Morel

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter « Alternative Santé » suivez ce lien

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter « Alternative Santé » suivez ce lien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s